Bubons, Furoncles et autres Kystes

   Certes l’abominable érosion se propage, tel un ruisseau en fleuve qui inonde, noyant le bien le beau et ce qui était véridique. S’étale à travers tous espaces sur maintes plans où d’aire en aire le chronique cryptomane se gangrène! 

   Une plaie pour un jeu. Une négligence éthique devenue coutume de moeurs! Le torride tremblant et névralgique; la fièvre de l’aveugle vanité qui désagrège. Le mensonge et la perte de l’arrogant, les pauvres victimes de la société, des épaves raciales & difformes qu’on a mises sur piédestal!

   Quoi comme cirque pour hypocrites ces parasites en réplique d’exemples indéfinis. Cela fait frissonner le désastre irrécusable. La mélancolie. La fleur délaissée. L’Enfer paradisiaque pour tous, sinon crève avec ton honneur, anonyme.

   Mais ces yeux se détournent allègrement, alors de se détourner ô quelle joie ô combien je méprise dès lors le faux semblant de ce qui est pitoyable, dépourvu de dignité!

   Et c’est ma loyauté qui est pur dédain. Le sourire, le sourire de l’Ange qui aux confins contemple l’Abîme de son coeur épris. Il voit sa place en haut parmi les cierges au Ciel de l’Empyrée dont le sang s’éthère.

Ce, pendant que la pierre blanche aux dorures s’en va avec éclatante érosion!

20/88

  

    

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s